• Chapitre 7 - Conversations avec soi-même

    "Sam ?" demanda Al.

    Sam Beckett sursauta en entendant son ami. Il se leva et ferma la porte du labo de Carter pour parler librement avec son ami.

    "Al ! Tu aurais pu me dire que j'étais dans mon époque ! C'est du temps réel là ?"

    "Oui Sam, nous sommes bien tous les deux dans la même époque, pour une fois."

    "Je vais pouvoir appeler Donna !" dit Sam, pensant à son épouse. "Mais, Al que fais-je ici ? Quelle est ma mission ?"

    "Ziggy n'est pas sûre" mentit Al.

    "Je t'avoue que ça serait bien qu'elle trouve vite parce que je pense que c'est la première fois que je ne me sens pas à la hauteur de la tâche !"

    "Ne dis pas de bêtise Sam, tu es aussi intelligent que cette femme mais dans des domaines un peu différents !"

    "Pas tant que ça, elle aussi est astrophysicienne, elle travaille sur la physique quantique également, elle en sait juste beaucoup plus que moi sur l'Univers et les voyages dans la Galaxie !"

    Al arrêta de faire les cent pas dans le labo de Carter. Il fixa Sam.

    "Je te demande pardon ?"

    "Ici, je sais ce qu'ils font, ils voyagent à travers la Galaxie grâce à l'anneau de pierre, appelé Porte des étoiles !"

    Sam se lança dans l'explication de ses découvertes. Al écouta sans comprendre tous les tenants et les aboutissants. Sam parcourait la pièce de long en large, faisant de grands gestes, sans se douter qu'on l'observait grâce aux caméras de sécurité.

    Le sergent de garde avait vu passer Siler dans le couloir et lui avait demandé de jeter un œil. Il était prêt à se moquer du Major Carter mais Siler l'en empêcha. Il attrapa le combiné le plus proche et demanda au Colonel O'Neill de venir au plus vite.

    Jack parcourut les couloirs de son pas décidé. Il ignorait pourquoi le sergent lui avait demandé de venir mais il ne s'en plaignait pas, il préférait cette balade plutôt que de rédiger des rapports de mission ou encore de lire les dossiers des futures recrues du SGC.

    Quand il pénétra dans la salle de surveillance, Siler le salua et ferma la porte derrière lui.

    "Que se passe-t-il, sergent ? Pourquoi tant de mystère, on espionne qui ?"

    Jack suivit le doigt de Siler qui lui montrait l'écran principal, braqué sur Carter. Elle marchait dans son labo, visiblement en grande conversation avec elle-même, faisant des allers-retours tout autour de son bureau et gesticulant.

    "Je sais qu'elle a été blessée à la tête en mission, sans parler des tortures infligées par les jaffas mais... je préférais que vous voyiez ça, Monsieur" expliqua Siler.

    "Vous avez bien fait" répondit Jack, mettant une main amicale sur l'épaule du sergent. "Gardez ça pour vous, tous les deux" ordonna le Colonel.

    Les deux sergents promirent de ne rien dire à personne et ils regardèrent le Colonel O'Neill quitter la salle au pas de course.

    SJSJSJSJSJ

    "Attendez, je pense que vous ne vous rendez pas bien compte de la gravité de la situation !" hurla Sam Carter.

    "Si ! Sam va mourir et nous pensons que vous seule êtes en mesure de le sauver !"

    "Docteur Beckett, avec tout le respect que je vous dois, mise à part la vie de votre mari, l'avenir de la planète repose, en partie, sur mes épaules. Mon travail aussi est important !"

    "On vous dit brillante mais pas arrogante ou suffisante !" lança Donna.

    "Non, vous vous méprenez Madame ! Que savez-vous exactement de mon travail ?" demanda calmement Sam.

    "Je dois l'avouer, pas grand-chose. Ziggy n'a pas pu accéder à votre dossier, hormis ce qui n'est pas classé secret défense."

    "Bon, je n'ai pas le droit de vous révéler les détails de mes fonctions mais soyez assurée que l'armée ne me paie pas uniquement à régler des radars afin de sonder l'espace. Nous travaillons sur un projet hautement secret, que seuls quelques chefs d'état-major et bien entendu, le Président connaissent."

    "Je vous prie de m'excuser, j'ai juste tellement peur de le perdre."

    "Je comprends ça, voir dépérir l'homme qu'on aime est terrible et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider mais à l'heure actuelle, mon équipe a besoin de moi."

    "Al est parti rejoindre Sam, il va l'aider."

    "Mais ils vont se rendre compte que ça n'est pas moi !"

    "Major, vous travaillez entourée d'hommes et même si vous êtes brillante, personne ne fera la différence."

    "Je ne vous parle pas de changer de coupe de cheveux ou du parfum que je mets. Nous sommes une famille depuis sept ans et ils vont s'en rendre compte !"

    Sam essayait de s'en persuader car plus elle le disait à Donna, plus ses certitudes face à la détermination de la scientifique faiblissaient. Et si elle avait raison et que personne ne remarque le changement ?


    votre commentaire
  • Chapitre 6 - Mensonges

    Le Général Hammond les libéra et ils descendirent tous en salle d'embarquement pour saluer Teal'c. Sam regarda avec fascination et appréhension l'homme traverser la flaque bleutée et disparaître.

    "Bien, maintenant, venez avec moi tous les deux" ordonna le Colonel.

    Même Daniel parut surpris par cette demande mais il suivit, invitant Sam à passer devant. Ils se retrouvèrent dans le labo où ils s'étaient arrêté plus tôt et le Colonel ferma la porte.

    "Carter, vous pouvez m'expliquer ce que c'était que ça ?"

    "Ça quoi, Monsieur ?"

    "Votre petit numéro de mime tout à l'heure ? J'ai dû couvrir vos arrières en racontant un bobard au Général ! Alors même si vous savez que ça me gêne pas de mentir, j'aime quand même savoir pourquoi je le fais !"

    Sam baissa la tête, incapable de trouver une réponse. Il ignorait ce que faisaient vraiment ces gens dans cette base, ni ce que cette femme pouvait bien fabriquer avec tout ce matériel ultra sophistiqué dans son labo, ni quel genre de réponse il devait donner... Là, il était perdu et risquait de compromettre la carrière du Major Carter. Al n'avait été d'aucune aide jusque-là, il ignorait même pourquoi il était là ! Il était furieux mais savait qu'il ne servait à rien de se rebeller contre l'autorité, même quand l'autorité en question était amoureuse de vous.

    "Jack ! Lâche-la un peu ! Tu l'as dit toi-même ! Tu nous as fait partir, manu militari et elle n'a pas eu le temps de finir le calibrage de son détecteur. On cherchait un gisement de Naquadah et on en a trouvé un, sous les ruines d'un temple et surveillé par des jaffas !"

    Jack déposa avec une certaine violence le gros cylindre sur le bureau, faisant tomber ce qui était rangé dessus au sol.

    "Je sais, Daniel, j'y étais ! Ce que je cherche à comprendre c'est ce qu'elle a dire pour sa défense ! Le Général va me convoquer et je suis incapable de lui donner une explication à notre captivité ! Comment se fait-il que l'UAV et le MALP n'aient rien vu ?! A moins que Carter n'ait pas su lire les données ?!"

    Le Colonel tourna les talons et quitta la pièce, furieux. Sam le regarda partir puis croisa le regard de Daniel.

    "Ne t'inquiètes pas, Sam, tout va bien se passer !" dit doucement l'archéologue avant de quitter la pièce à son tour.

    Daniel venait-il de l'appeler par son prénom et répondre à ses interrogations silencieuses ? Mais où donc Sam Beckett était-il tombé ?

    Le meilleur moyen de trouver des réponses à ses questions était encore de fouiner dans l'ordinateur de la jeune femme qu'il remplaçait. Sam se félicita de ses propres compétences informatiques car le Major Carter veillait sur ses dossiers personnels comme s'il s'agissait de diamants. Tout était verrouillé par mot de passe et cryptage compliqué. Cela attisa encore un plus la curiosité de Sam. Sur quoi pouvait-elle bien travailler pour veiller farouchement à la confidentialité de ses données ?

    Une fois dans le serveur personnel du Major, il trouva des dossiers répertoriés par genre, puis année. Et Sam comprit pourquoi Daniel avait utilisé son prénom en s'adressant à lui, il était dans la peau de Samantha "Sam" Carter !

    Sam parcourait les fichiers et des mots défilaient devant ses yeux sans qu'il ne comprenne vraiment tout, même si certaines notions étaient familières : Goa'uld, symbiote, sarcophage, virus, Knox, Asgard, Furlings, Anciens, Trou noir, robots, NID/TRUST, Tok'ra, distorsion de l'espace-temps, nanotechnologies et des dossiers portant des mélanges alphanumériques comme P3X-989, etc. Chaque sous-dossier était agrémenté de notes personnelles, de graphiques dans certains cas, de photos de mission... C'était une vraie mine d'informations, quand on savait ce qu'on cherchait. Un dossier nommé "Pentagone Pré-Abydos" attira son attention, car c'était le plus ancien - un bon début pour Sam - et il commença à lire les journal des recherches de Carter.

    "Affectation au Pentagone, jour 1.

    J'ignorais ce qui m'attendait, ce matin en me levant, mais je ne suis pas déçue. Cette affectation est... étonnante. On m'a présenté le Général West, un militaire froid mais brillant à ce qu'on dit. Il m'a saluée et m'a dit "votre vie est sur le point de changer, Capitaine Carter !" Je n'ai pas immédiatement compris pourquoi, puis le Général m'a présenté une femme âgée nommée Catherine Langford. Cette femme m'a parlé d'un appareil capable de faire traverser la galaxie à un être humain en moins d'une seconde. J'étais perplexe mais quand j'ai vu cette imposante structure, j'ai compris ce qu'avait voulu dire le Général West. On m'a attribué une équipe de scientifiques et demandé de faire marcher cet engin..."

    Sam arrêta la lecture des notes de Carter car elle entrait dans des détails techniques et des descriptions. Il parcourut le reste du texte pour tomber sur une information importante.

    "Le Docteur Daniel Jackson, auteur de nombreuses théories controversées sur les pyramides et les extraterrestres a trouvé le dernier symbole parmi les milliards de combinaisons possibles ! Il a ouvert un vortex et doit partir en expédition avec le Colonel O'Neill et son équipe... et moi bien sûr, je reste là ! Le Général West m'a donné d'autres recherches à mener. Il estime sûrement qu'une femme n'a pas sa place avec ces militaires chargés de testostérone !"

    Sam sourit en lisant les mots de la jeune femme. Un rapport de mission suivait le reste de ses notes. Le rapport de la mission sur Abydos, la planète trouvée par le Docteur Jackson. Il était supposé avoir perdu la vie dans la bataille contre Râ et le Colonel O'Neill se disait désolé de la perte de l'archéologue.

    Sam parcouru les dossiers dans l'ordre chronologique et se demanda s'il pouvait vraiment croire ce qu'il lisait... Pas étonnant que Ziggy ne trouve rien dans les dossiers du Pentagone, cette base était top secrète et le département de la Défense prenait grand soin de protéger son secret. Sam tomba sur ce qu'il pensa être l'année en cours "2004" lut-il, avant de faire un rapide calcul dans sa tête... Il était parti en 1999 et cela faisait quoi ? 5 ans qu'il "sautait" ce qui voulait dire que...


    votre commentaire
  • Chapitre 5 - Briefing

    Sam choisit le même siège que la veille dans la salle de briefing, il imita Jack O'Neill quand il salua le Général et la réunion commença. Avec le temps et l'habitude de se retrouver dans des situations délicates, Sam avait appris à improviser. Il regardait les photos de l'archéologue, hochait la tête régulièrement et plaçait quelques banalités de-ci de-là.

    Tout se passa bien jusqu'à ce que le Général lui pose une question auquel il n'avait aucune réponse, car il comprit à peine la moitié des mots employés, malgré son intelligence supérieure à la moyenne.

    "Major Carter, savez-vous pourquoi le DHD a refusé de composer les coordonnées de Chulak ?"

    Sam écarquilla les yeux, ne sachant pas quoi répondre mais Teal'c le sauva.

    "Bra'tak avait ouvert un vortex vers le site Alpha de la Tau'ri car il avait peur qu'Anubis envoie des guerriers Kull sur Chulak. Ensuite, quand nous avons voulu contacter la Tau'ri, le DHD semblait souffrir d'une surcharge énergétique."

    Teal'c avait croisé ses mains sur la table et parlait calmement. Le Général ne sembla pas comprendre la dernière partie de la phrase car le Colonel clarifia pour lui : "Un Jaffa a voulu zater Cater mais elle a esquivé, le DHD a reçu la décharge à sa place."

    "Il n'était donc plus possible de composer ?" demanda le Général.

    "Non, elle nous a expliqué que le DHD avait besoin de quelques instants pour absorber l'énergie dans ses cristaux avant de les renvoyer vers les supraconducteurs de la Porte, pas vrai ?" ajouta Daniel, se tournant vers Sam.

    "Si, si, c'est bien ça !" confirma Sam Beckett sans avoir la moindre idée de ce qu'il avançait.

    Si la notion de supraconducteurs lui était familière, le reste était absolument flou. Qu'était donc cette Porte, ce DHD et ces... cristaux ?

    Alors qu'il se posait des questions, une alarme retentit et une voix annonça "Activation non programmée de la Porte des étoiles."

    Sam remarqua alors que le grand anneau de pierre tournait et que des chevrons verrouillaient une position, un peu comme une combinaison de coffre-fort. Ses équipiers se levèrent pour se poster devant la vitre. Il les imita et fit un pas en arrière quand un Kawoosh se fit entendre en formant un tourbillon et qu'une flaque se forma.

    "Wahou !" dit-il.

    "Bah alors, Carter ?! Ça fait plus de sept ans et elle vous fait toujours cet effet-là ?" demanda Jack, incrédule.

    Il regarda ses équipiers, discutant, blasés devant ce drôle d'engin. Le Général, qui était descendu, remonta prestement.

    "C'est SG3 qui me demande un délai. Les négociations avec les rebelles Jaffas prennent plus de temps que prévu. Teal'c, il faudrait que vous alliez les rejoindre pour calmer la situation."

    Teal'c se courba pour saluer le Général puis ses amis et quitta la pièce. Chacun reprit sa place autour de la table et Hammond déclara : "Donc, vous êtes partis en mission, vous vous êtes fait capturer et torturer, tout ça pour quoi ?" Il tapotait le cylindre que le Colonel avait pris dans le labo et lui avait remis à son arrivée. "On avait besoin du Naquadah pour faire marcher ça..."

    Les têtes se tournèrent vers Sam et il se demanda ce que la jeune femme aurait bien pu dire ou faire pour se sauver de cette situation. Visiblement, elle avait poussé les autres à accepter mais le bénéfice était presque nul.

    "Hum, je... euh..." bafouilla Sam, en baissant la tête.

    "C'est de ma faute, mon Général, c'est moi qui ai autorisé cette mission. J'ai fait partir mon équipe un peu dans la précipitation alors que Carter avait encore besoin de temps pour régler ses détecteurs machins chose" déclara O'Neill.

    Le Docteur Jackson le regarda avec des yeux exorbités mais s'abstint de tout commentaire. Il choisit de faire défiler encore quelques photos, ce qui détourna l'attention d'Hammond de Carter. Jack tourna la tête et fusilla Sam du regard. Il comprit alors que le Colonel détestait son second mais qu'il faisait contre mauvaise fortune bon cœur et la gardait dans son équipe, quand même. Il avait sûrement reçu des ordres.

    Sam détourna le regard pour se concentrer sur les images montrées par Daniel. Et il se perdit dans ses pensées.

    Les photos montraient un anneau en pierre, similaire à celui qu'il avait à quelques mètres de lui, pourtant les photos avaient été prises en extérieur et à sa connaissance, une telle structure n'existait pas sur Terre. Les buissons alentour étaient violets et les arbres avaient des feuilles bleues. Et si... mais non, Sam secoua la tête, c'était impossible. Puis, des images de la nature environnante laissèrent place à une pyramide et à des prises de l'équipe à l'intérieur. Ils étaient tous très souriants, même Teal'c, comme s'ils venaient de partager une bonne blague. Daniel avait, sûrement par accident, pris Jack et Carter en photo car le cliché suivant les montrait se regardant. Aucune animosité entre eux.

    Elle semblait avoir plongé son regard azur dans les pupilles marron de l'homme face à elle. Sam admit, en lui-même, que c'était vraiment une belle femme mais qu'elle n'en était probablement pas consciente. Elle regardait son supérieur comme si elle cherchait à lui dire quelque chose avec ses yeux. Il venait d'ôter sa casquette et ses cheveux étaient en bataille. Il avait une main dedans tout en la regardant. Elle ne se moquait pas de lui, au contraire. Sam lu le désir de cet homme, qu'avait cette femme. Et à sa grande surprise, ce qu'il avait pris pour de la haine auparavant, s'inscrivait sur le visage de l'homme en photo : il l'aimait. Il le cachait juste moins bien à ce moment précis.

    Ainsi donc, Sam venait de comprendre le petit jeu du Colonel O'Neill envers le Major Carter : ils s'aimaient mais ne pouvaient pas vivre cet amour.


    votre commentaire
  • Chapitre 4 - Monsieur !

    Sam Beckett s'était couché dans le lit du Major Carter sans même allumer la lumière, épuisé. Quand il s'éveilla plus tard, des coups se firent entendre à la porte. Il ouvrit et trouva le Colonel O'Neill debout face à lui.

    "Salut Carter, comment ça va ce matin ?"

    "Bien, merci. Et vous ?"

    "Monsieur" dit la voix familière d'Al dans son dos - sans que le Colonel ne soit conscient de sa présence - et Sam répéta "Monsieur" ce qui lui valut un hochement de tête approbateur de la part du Colonel. La présence - même holographique - d'Al soulagea Sam d'un poids.

    "Douche, petit-déjeuner et briefing ?" proposa Jack.

    "Je vous suis, hum, monsieur" dit Sam, en fermant la porte derrière lui. Al traversa pour lui parler.

    "Désolé d'avoir mis tant de temps à venir mais on a été occupé."

    Sam ne pouvait pas répondre car il se trouvait seul avec O'Neill et celui-ci ne parlait pas. Devant les vestiaires, O'Neill ouvrit la porte et fut surpris de trouver Sam juste derrière lui.

    "Carter" dit Jack, s'approchant dangereusement de Sam, le toisant de toute sa hauteur "Même si j'adorerais me doucher avec vous, vous ne pouvez pas me suivre là !" Sam resta stupéfait.

    Le Colonel montra le symbole masculin sur la porte et Al dit à Sam : "Le major Carter est une femme !"

    "Ah oui, euh pardon... je suis encore un peu..."

    "Dans les vapes ? Ouais, pas de problèmes, Carter !"

    Sam se dirigea vers les vestiaires des femmes, et y entra. "Al, tu aurais pu me le dire avant !"

    "Je n'y ai pas pensé avant que le Colonel ne le fasse remarquer !"

    "Le Major Carter est une femme ! Mince, je comprends mieux les regards sur moi !"

    "Oui, regarde-toi dans un miroir et tu comprendras !"

    Sam ouvrit le casier de Carter et se regarda dans le miroir. "Ouais, en effet !"

    "Sam, fais vite le Colonel va bientôt avoir fini de se doucher et ça n'est pas un homme patient !"

    "Non, c'est vrai ? ! ?" fit Sam, ironique.

    Sam sauta dans la douche et enfila une tenue propre, trouvée dans le casier de Carter.

    "C'est ce que je préfère avec les femmes, leurs affaires sont toujours bien rangées, propres et ordonnées."

    "Surtout celle-ci, c'est le genre maniaque !"

    Sam sourit et la porte s'ouvrit pour laisser passer une jeune femme.

    "Bonjour, Major !" salua-t-elle.

    "Bonjour -" commença Sam avant qu'Al ne lui souffle "Lieutenant !" et que Sam ne répète. Le Colonel l'appela de l'extérieur "Carter, c'est bon ?"

    Sam quitta le vestiaire et suivit son supérieur dans le couloir vers le mess. Al lui résuma la situation militaire de Carter. "C'est un brillant officier, sorti major de toutes ses promotions. Elle a bossé deux ans au Pentagone avant d'intégrer cette unité d'élite appelée SG1. Le seul problème c'est que Ziggy ignore sur quoi ils bossent dans cette base - c'est classé top secret. Le chef d'équipe c'est lui, le Colonel Jonathan J. « Jack » O'Neill. Un mec froid et professionnel, ancien des Forces Spéciales. Tu es aussi avec le Docteur Daniel Jackson, archéologue, auteur de théories farfelues sur les extraterrestres et les pyramides !"

    Sam étouffa un pouffement, pensant à un de ces mecs qui attendent que les petits hommes verts viennent les chercher pour mener des expériences sur eux. Jack se retourna en fronçant les sourcils.

    "Vous vous racontez des blagues toute seule, Major ?" lança-t-il par-dessus son épaule.

    Sam secoua la tête et reprit son chemin en silence, laissant Al finir.

    "Le dernier semble être Teal'c mais on ignore tout de lui." Sam ouvrit de grands yeux, en tournant sa tête sur le côté, signifiant "Pardon ?"

    Al haussa les épaules car il n'en savait vraiment rien. De toute façon, ils arrivaient au mess. Jack s'effaça pour laisser entrer Sam avant lui et il sentit le regard du militaire sur lui.

    "Merci" et Al le gronda "Monsieur ! Toutes tes phrases doivent finir par "Monsieur" quand tu t'adresses à lui !" et Sam compléta "Monsieur" rapidement. Il savait qu'Al était intraitable sur les protocoles militaires, ayant lui-même servi son pays en son temps.

    "Sam, si tes phrases ne commencent pas par "Mon Colonel" tu dois finir par "Monsieur" c'est obligatoire quand tu t'adresses à un supérieur, surtout celui-ci !"

    Sam hocha imperceptiblement la tête pour dire qu'il avait compris et Al disparut. Daniel Jackson leur faisait de grands signes et Sam se servit moins grassement que la veille. Sam observa l'archéologue, qui avait l'air parfaitement sain d'esprit, difficile de croire qu'un illuminé se cachait sous cette façade sérieuse. Le Colonel, lui, ressemblait assez au portrait qu'Al lui en avait fait : froid, détaché, insensible. Sam se demandait comment une femme pouvait travailler sous ses ordres et tenir le coup. Teal'c inclina la tête vers lui et continua son repas gargantuesque.

    "Alors, ça va mieux ?" demanda Daniel, en regardant Sam.

    "Oui, merci."

    Sam laissa les trois autres hommes - hum deux autres hommes à la réflexion - discuter tandis que Teal'c et lui gardaient le silence. Le Colonel O'Neill jeta un oeil à sa montre avant de se lever d'un bond.

    "On y va sinon on va être en retard, et Carter déteste ça !"

    Sam leva la tête vers lui. Il ne comprenait pas la relation que cet homme entretenait avec son bras droit. Il secoua doucement la tête et suivit son supérieur dans les couloirs. Jack s'arrêta et demanda aux deux autres hommes de passer devant. Il entra dans une pièce ressemblant à un laboratoire scientifique et alluma la lumière.

    "Prenez votre truc, Carter et on y va, le Général va nous attendre."

    "Euh... quel truc, Monsieur ?"

    "Votre saleté de bidule pour lequel on est parti en mission !"

    Sam fronça les sourcils car il ne savait vraiment pas de quoi parlait le Colonel O'Neill et quelque chose lui disait que ça allait vite l'agacer. L'homme s'approcha de Sam, d'un air menaçant.

    "Carter, êtes-vous sûre d'aller bien ?"

    Sam avait reculé d'un pas, s'attendant à se faire invectiver.

    "Je veux bien croire que cette mission a été éprouvante pour vous mais on ne peut pas encore reporter le briefing. Alors attrapez votre machine infernale et on y va !"

    Sam l'observa chercher quelque chose du regard dans la pièce, parfaitement rangée et en ordre.

    "Ah le voilà !" dit le Colonel en s'emparant d'un appareil absolument inconnu de Sam. "Allez, venez, Carter !"

    Jack quitta la pièce en tenant un appareil cylindrique avec ses deux mains. Sam suivit sans rien comprendre à ce qui passait là.


    votre commentaire

  • Chapitre 3 - Stallion Gate

    Sam Carter reprit conscience dans un environnement froid et aseptisé. Elle n'ouvrit pas les yeux immédiatement, sondant les alentours, comme le lui avait appris le Colonel O'Neill.

    Un homme et une femme parlaient et la langue employée rassura Sam, ils semblaient humains. Ils étaient en grande conversation malgré le ton de confidence assez bas.

    "Al, tu sais qu'il va être temps pour toi d'aller le voir. Il est seul et perdu dans chez les militaires et tu sais comme il est maladroit dans ces cas-là !" dit la voix féminine.

    "Je sais, Donna, je le connais ! Je vais y aller mais j'aimerais m'entretenir avec elle avant !" répondit un homme.

    "Al, cette femme-là n'est pas pour toi ! Tu sais ce qu'a dit Ziggy !"

    "Oui mais c'est un empêcheur de tourner en rond ! Regarde-là, elle est tellement jolie ! Comment ce mec peut-il rester insensible à son charme !"

    La femme soupira mais Sam sentit l'amusement mêlé à l'agacement.

    "Je te rappelle que Ziggy est une femme ! Et, notre invitée ne devrait plus tarder à se réveiller, j'espère qu'elle voudra bien nous aider !"

    "D'après ce que Ziggy sait d'elle, il y a peu de chances qu'elle refuse de donner un coup de main, comme de percer le mystère des sauts quantiques !"

    Sam bougea imperceptiblement car la pièce était froide et le fin tissu recouvrant son corps ne la protégeait pas assez. Elle entendit la femme s'approcher doucement d'elle, comme pour ne pas l'effrayer - ou si elle en savait assez sur elle, pour ne pas être blessée.

    "Major Samantha Carter, je suis Donna Beckett et je ne vous veux aucun mal" commença la femme.

    Sam ouvrit les yeux pour croiser le regard d'une femme aux cheveux épais noirs et aux yeux verts. Elle ne semblait pas menaçante mais Sam se méfiait des apparences - quand Hathor les avait capturés et plongés en stase, les scientifiques non plus n'avaient pas l'air méchant et pourtant !

    "Que fais-je ici ?"

    "Vous êtes à Stallion Gate qui fait partie du complexe du projet secret Quantum."

    "Où ça ?"

    "C'est compliqué mais sachez que nous ne conduisons pas d'expérience sur les humains et nous ne vous ferons aucun mal, nous avons besoin de votre aide, c'est tout."

    "Et me kidnapper est un bon moyen de la demander !" dit Sam, piquée au vif.

    "Ce n'est pas si simple, Madame" dit Donna alors qu'Al se tenait en retrait.

    L'homme portait un costume aux couleurs criardes et fumait le cigare. Malgré son évidente fascination pour Sam Carter, il semblait inquiet. Donna la laissa un moment seule, suivie par l'homme.

    Sam Carter fit le tour de la pièce, blanche typique d'un laboratoire médical top secret. Elle était habillée dans une tenue blanche également, comme celle du personnel médical. La porte s'ouvrit après quelques instants et Donna l'invita à la suivre. Sam obéit mais resta sur ses gardes. Ils croisèrent du personnel scientifique, saluant le Docteur Beckett. Le complexe lui fit penser au SGC, en plus moderne et lumineux. Donna ouvrit une porte donnant sur un ordinateur aux proportions démesurées.

    "Major Carter, voici notre ordinateur central, Ziggy."

    "Bonjour Major Carter" dit la voix de l'intelligence artificielle.

    "Euh... Bonjour" répondit Sam, pour être polie.

    "Mon mari, le Docteur Samuel Beckett, est physicien, entre autres choses. Il a mis au point cet ordinateur et a passé une bonne partie de sa vie à développer des théories sur les voyages dans le continuum espace-temps."

    "Je connais ses travaux, Docteur" coupa Sam. "Je suis moi-même Docteur en astrophysique théorique mais j'ai étudié de près les travaux du Docteur Beckett quand je travaillais au Pentagone."

    Donna fit un sourire en coin.

    "Bon, nous allons gagner du temps. Un jour, Sam est parvenu à un compromis intéressant et a créé ce caisson" Donna désigna un container au centre de la pièce. "Il se trouve qu'au moment où je vous parle, il est dans votre base, dans votre corps."

    "Je vous demande pardon ? Je suis là pourtant !"

    "Non, vous êtes dans son corps, seuls vos esprits ont été échangés !"

    Sam ouvrit de grands yeux. "C'est impossible !"

    "Je vous assure que si" dit Donna avec un sourire doux.

    Comme Sam semblait toujours sceptique, Donna tendit le bras pour attraper un miroir et Sam Carter fit un bond en voyant le reflet d'un homme dans le miroir.
    "Oh c'est pas vrai !" dit Sam. "Qu'est-ce que c'est ce délire ? Que fais-je ici ?"

    "Quand Sam prend la place de quelqu'un, il est évident que ce quelqu'un a besoin de réconfort et de réponses à ses questions, nous l'accueillons du mieux que nous pouvons."

    "OK... et pourquoi moi ?"

    "Habituellement, Ziggy fait des calculs pour savoir ce que Sam peut changer dans la vie des gens et-"

    "Quoi ? Vous interférez dans le continuum espace-temps ? Mais de quel droit ? On ne doit pas toucher à une ligne temporelle !"

    "Je sais bien, Major Carter, mais Sam essaie toujours d'interférer le moins possible."

    "Vous rendez-vous compte que le moindre chien écrasé peut avoir des conséquences sur l'avenir ?"

    "Oui, nous le savons et c'est pour ça que Ziggy fait des calculs très précis et qu'Al vient en aide à Sam."

    Sam sentit le besoin de s'asseoir.

    "Ce que j'essaie de vous dire c'est que Ziggy sélectionne des candidats après étude et calculs précis. Nous avons toujours une bonne raison pour envoyer Sam changer le cours d'une vie."

    "Et qu'est-ce qui a besoin d'être changé dans la mienne ? Elle ne vous plait pas telle qu'elle est ?"

    "Dans ce cas précis, Major Carter, c'est nous qui avons besoin de vous et non le contraire."

    Donna s'était approchée du caisson et en caressait le couvercle du bout des doigts.

    "Depuis son premier saut, Sam n'est pas rentré. Cette machine est pratiquement tout ce qui me reste de lui. Seulement, ses signes vitaux commencent à faiblir. Nous pensons qu'il va mourir si nous ne trouvons pas un moyen de le ramener dans son corps. Cependant, il ignore tout de son état et je dois trouver un moyen de le faire revenir, avec votre aide."


    votre commentaire