• Chapitre 11 - La découverte

    "George, je sais quand même à quoi ressemble mon enfant, surtout que je l'ai vue il y a quelques jours !"

    "Jacob, qui penses-tu avoir en face de toi ?" demanda Hammond alors que Jack entrait dans la pièce, saluant le Tok'ra.

    "C'est un homme, la cinquantaine, les cheveux bruns avec des mèches argentées..."

    "En effet" ajouta Teal'c. "Et il s'appelle Samuel Beckett."

    Tous les regards convergèrent vers lui.

    "Teal'c, vous voyez également cet homme ?" demanda Hammond, surpris par le silence du Jaffa pendant tout ce temps.

    "En effet."

    "T, pourquoi n'avoir rien dit ?" gronda Jack, qui faisait les cent pas.

    "Parce que personne n'a rien demandé."

    "Teal'c, vous avez vu un homme prendre la place du Major Carter dans l'équipe et vous n'avez rien dit ?" tenta de clarifier Hammond.

    "Général Hammond, nous avons déjà rencontré des phénomènes étranges et je ne souhaitais pas être enfermé dans une maison pour déficients mentaux sans être sûr de l'identité de l'homme ni de son but."

    "Oui, ça se tient" défendit Daniel. "Mais lui faites-vous confiance ?"

    "En effet."

    "Moi j'ai une autre question : où est Carter ?" demanda Jack, de plus en plus nerveux.

    "Probablement dans mon corps, à Washington" répondit Sam Beckett.

    "Et elle va bien ?" demanda Jack, devançant Jacob.

    Il s'assit finalement à la table de briefing.

    "En effet" répondit Teal'c. "Je l'ai vue au mess tout à l'heure."

    Jack frappa du poing sur la table, faisant sursauter tout le monde dans la pièce.

    "Est-ce que quelqu'un peut avoir la bonté de m'expliquer ce qui se passe ici ?"

    "Ca serait trop compliqué à expliquer en peu de mots, Monsieur" commença Sam Beckett. "Je fais des sauts quantiques depuis à peu près cinq ans, j'échange mon enveloppe corporelle avec des gens que je suis chargé d'aider. Ici, cependant, j'ignore le but de ma mission ni pourquoi l'ordinateur m'a mis dans la peau de votre Carter."

    "Et comment on inverse le processus ?" demanda Daniel.

    "On ne l'inverse pas, une fois que j'aurais accompli la tâche qui m'incombe ici, je serais envoyé ailleurs et le Major vous sera rendue, saine et sauve."

    Jacob sursauta quand l'hologramme de sa fille se matérialisa près du docteur Beckett.

    "Papa !"

    "Sam ?"

    Jack s'installa dans un fauteuil et prit sa tête dans ses mains. "Je ne comprends rien à ce qui se passe."

    Sam Beckett rit doucement et déclara avec la voix de Sam Carter : "Elle m'a dit de vous dire qu'elle non plus ne comprenait pas tout !"

    Jack releva la tête violemment et déclara "Oh bah ça va alors, je suis rassuré !"

    "Monsieur" ajouta Sam, à la demande de Carter.

    "Bon et comment est-on censé savoir ce que vous devez faire pour qu'on récupère notre Sam ?" demanda Jack. "Et d'ailleurs, vous êtes quoi au juste ?"

    Carter avait entendu et noté le "notre Sam" et elle souriait.

    "Entre autres choses, docteur en physique quantique, astrophysique et langues anciennes..."

    "Super, un autre scientifique !"

    Par la suite, Hammond, Daniel et Jack regardèrent Teal'c, le corps de Carter et Jacob en grande conversation avec un être invisible. Ils ne comprenaient pas tout mais il leur semblait que les protéines symbiotiques permettaient au Jaffa et au Tok'ra de voir les hologrammes et la véritable nature de Sam Beckett. Jack comprit vite, à la mine de Carter - bien qu'elle ne soit pas dans son corps - que quelque chose de grave allait se produire.

    Sam Carter expliquait à Sam Beckett que ses fonctions vitales déclinaient et que sa femme était très inquiète. C'est pour cela qu'il n'avait pas vraiment de mission puisque c'était à elle de trouver une solution au problème. Mais, elle se fatiguait vite dans ce corps. Pendant que les trois hommes parlaient, Sam observait Jack à la dérobée. Il semblait inquiet pour elle et elle était touchée, plus qu'elle ne devrait l'être - tout comme elle savait qu'il était bien plus inquiet qu'il ne devrait l'être pour sa subordonnée.

    Elle se sentit mal et demanda à son père de mettre Janet au courant, son amie aurait sûrement une idée pour les aider. Elle quitta sa forme holographique et les trois hommes - dont un avec le visage d'une femme - échangèrent des regards inquiets.

    "Quoi ?" demanda Jack.

    "Elle a dû partir, à cause d'un malaise" dit Jacob. "George, peux-tu faire venir le Docteur Fraiser, Sam souhaite qu'on la mette au courant."

    Hammond convoqua donc son médecin-chef et laissa le Docteur Beckett se présenter lui-même, sous les traits bien connus de Sam Carter. Pour tous ceux qui la connaissaient bien, et la pièce était remplie de ces personnes, la personnalité de Sam Beckett sembla prendre le dessus sur les intonations de Carter. La voix était plus ferme, comme plus assurée.

    "Je sais que vous allez avoir du mal à me croire mais je suis le Docteur Samuel Beckett, de l'université de Washington. Je voyage depuis quelques années de corps en corps, d'époque en époque pour aider des gens. J'ai créé un caisson me permettant ce faire ce que j'appelle les sauts quantiques. Cependant et à mon grand regret, je n'ai pas trouvé de solution pour réintégrer mon corps et il semble que ce dernier soit sur le point de mourir."

    "Hum..." fit Janet pour commencer. "Qu'arriverait-il si votre corps mourrait pendant que vous n'êtes pas dedans ?"

    Tout le monde réfléchit à la question mais Beckett déclara : "Je ne suis pas sûr. D'après mes réflexions, je resterais dans le corps que j'occupe pendant que la conscience de mon hôte mourrait avec mon enveloppe charnelle."


    votre commentaire
  • Chapitre 12 - Perdre Carter

    "Vous êtes en train de dire que vous allez rester là pendant que Carter va mourir ?"

    "Rien n'est sûr, Colonel" se défendit Sam. "Mais c'est l'explication la plus logique et rationnelle. Je devrais travailler avec le Major Carter mais ses visites sous forme holographique l'épuisent... Je dois reprendre et poursuivre mes travaux pour trouver une solution."

    "Et on attend quoi au juste ?" demanda Jack.

    Tout le monde le regarda car il semblait avoir l'idée à laquelle personne n'avait pensé.

    "Colonel, ça n'est pas si simple !"

    "Mais au contraire, c'est limpide !"

    "Jack, expliquez-vous !" demanda Jacob.

    "OK. L'ordinateur est allé chercher Carter car il sait qu'elle est capable d'aider le docteur Beckett à retrouver son corps, c'est bien ça ?" demanda Jack.

    Sam Beckett confirma d'un hochement de tête.

    "Mais le problème c'est que vous êtes ici et pas elle... donc il faudrait sans doute qu'elle vienne nous rejoindre pour que vous puissiez travailler sur ce problème ensemble, non ?"

    Daniel avait ouvert la bouche pour argumenter mais se ravisa quand il réalisa que Jack avait raison. Une fois de plus, son raisonnement simple était le meilleur. Sam Beckett demanda à faire appeler Donna pour qu'elle vienne à Cheyenne Mountain avec Carter. Hammond demanda à Walter de chercher les coordonnées de Donna Beckett et d'organiser le transport immédiat des deux femmes à destination du SGC.

    Plus tard, Janet fut contactée par Donna Beckett directement. Le médecin-chef fut surprise et inquiète. Le femme de Sam lui expliqua que son corps était vraiment au plus mal et qu'elle ignorait si Sam Carter supporterait le voyage.

    "C'est elle qui a demandé à vous appeler mais elle trop faible pour vous parler. Je souhaite qu'elle se repose mais elle voulait votre avis."

    "Elle a bien fait. Je vais organiser moi-même le rapatriement jusqu'au SGC pour qu'elle voyage dans les meilleures conditions et je vous attendrais."

    Janet demanda à connaitre le détail de l'état de santé de Sam et Donna lui faxa le dossier mis en place à son arrivée. Le médecin donna ensuite un traitement à commencer immédiatement, pour faire tenir Sam le plus longtemps possible pour qu'elle puisse juger en personne de son état de santé.

    Après avoir raccroché, Janet descendit voir le Général Hammond. Elle le trouva seul dans son bureau et ferma la porte après avoir été invitée à rentrer. L'homme chauve face à elle comprit que quelque chose de grave se passait car Janet avait les sourcils de froncés et un pli d'évidente contrariété barrait son front. Quelques mèches de ses cheveux bruns s'étaient échappés de son chignon et tombaient en boucle sur son front et autour de son visage inquiet. Il l'invita à prendre place et à lui dire ce qu'elle avait sur le coeur.

    "Mon Général, l'état de santé de Sam est inquiétant. J'ai eu Donna Beckett au téléphone, Sam lui a demandé de me tenir informée. J'ai lu son dossier médical et ça n'est pas brillant."

    "Si vous n'étiez pas vraiment inquiète, vous ne seriez pas là, n'est-ce pas ?" demanda le Général d'une voix douce.

    Il savait quels liens unissaient Sam et Janet, il savait aussi que son médecin-chef ne le dérangeait jamais sans une bonne raison.

    "En effet, Monsieur. J'ai pris sur moi d'organiser un transport sanitaire pour la fatiguer le moins possible car même 4h de vol seront épuisantes pour elle - euh lui... enfin..."

    "J'ai saisi Docteur" dit Hammond avec un sourire bienveillant. "Je vous demanderais juste de garder ça pour vous aussi longtemps que possible."

    "Bien entendu, Monsieur. Vous savez que jamais je ne trahirais le secret médical."

    "Je sais que je peux vous faire confiance là-dessus mais je voulais dire... Si le Colonel O'Neill venait vous voir... gardez-le aussi longtemps que possible ignorant de la situation. Il est déjà assez tendu comme ça, s'il venait à savoir qu'elle est si mal, je ne sais pas ce qu'il pourrait faire."

    Janet leva les deux sourcils.

    "Je... hum, je ne..." bafouilla Janet.

    "Docteur Fraiser, je sais que vous ne ferez ou ne direz rien qui mettrait vos amis dans une situation délicate mais ne pensez pas que mon silence veuille dire que j'ignore ce qui se passe dans ma base."

    "Il ne se passe rien, Monsieur !" s'indigna Janet.

    "Je sais qu'aucune ligne n'a encore été franchie mais les lois n'empêchent pas les Hommes d'avoir des sentiments."

    Janet baissa les yeux car elle ne voulait pas le regarder en face. Il lui était impossible de soutenir le regard de l'homme qui avait entre ses mains les carrières de ses amis.

    "C'est pour ça que je préfère que le Colonel O'Neill ne soit pas mis au courant de la situation de son second aussi longtemps que possible."

    "Oui, Monsieur. Ce sera tout ?"

    "Oui Docteur, vous pouvez disposer."

    Une fois la porte close, Hammond passa sa main sur son crâne avant de poser ses deux mains sur son visage. Dieu qu'il était fatigué... et inquiet. Sam Carter était comme une fille pour lui et même s'il n'avait rien montré à Fraiser, il était inquiet pour elle mais il devait garder ça pour lui. Inquiéter sa famille et ses amis ne l'aiderait pas à aller mieux. Il devait tous les mettre au travail et les occuper pour qu'ils n'apprennent pas le drame qui se jouait.

    Des jours pareils lui faisaient vraiment regretter d'avoir accepté cette dernière affectation, celle qui devait être la plus calme de l'histoire de l'USAF, celle qui devait l'occuper encore quelques années avant de prendre une retraite bien méritée. Après avoir combattu et perdu des compagnons d'armes au Vietnam, dirigé quelques bases militaires et entrainé des hommes au combat à travers le pays, il espérait pouvoir enfin obtenir une affectation facile et pas trop contraignante. Quand Apophis avait rouvert la Porte des Etoiles et capturé un des gardes, il avait compris que ça serait sûrement le poste le plus dur de sa carrière. Et l'idée de perdre Sam Carter lui était intolérable.


    votre commentaire
  • Chapitre 13 - Retour au SGC

    Le Major Paul Davis se présenta à l'accueil du complexe privé de Stallion Gate peu après l'appel de Walter Harriman. Le Général Hammond lui confiait la mission de rapatrier le couple Beckett et un de leurs proches collaborateurs à Cheyenne Mountain. Il ignorait qui étaient ces gens et ce qu'ils allaient faire au SGC mais il savait aussi que tout ce qui touchait de près ou de loin à la Porte des Etoiles était toujours auréolé de mystère, même quand on était dans la confidence. Il avait appris à poser les bonnes questions. Si Hammond lui disait de sauter, il ne demandait pas pourquoi mais plutôt, de quelle hauteur.

    L'agent d'accueil appela le Docteur Beckett quand il avait donné son identité et peu après il fut rejoint par une femme brune. Il avait retiré sa casquette en entrant dans le bâtiment et la coinça sous son bras pour serrer la main tendue par la femme.

    "Major Davis ? Je suis Donna Beckett, enchantée."

    "De même, Madame."

    "Suivez-moi, nous sommes presque prêts à partir."

    Paul Davis suivit donc Donna Beckett à travers les couloirs du complexe. Tout le personnel était vêtu de blouse blanche et son uniforme bleu marine attirait les regards sur lui, mais il y était habitué. Ses qualités en tant qu'agent de liaison lui étaient toujours utiles car il savait garder la tête froide en toutes circonstances.

    Donna ouvrit la porte de ce qui semblait être une infirmerie ou en tout cas, un labo aménagé dans ce but. Un homme était allongé sur un lit et relié à des machines. Il tourna la tête et sourit à Davis.

    "Major Davis" déclara-t-il.

    "Oui, monsieur ?"

    "C'est le corps de mon mari, le Docteur Sam Beckett mais la personne qui occupe cette enveloppe est une personne que vous connaissez sous le nom du Major Sam Carter."

    Davis ouvrit la bouche en grand.

    "Je vous demande pardon, Madame ?"

    "C'est bien elle même si je reconnais que ça ne doit pas être facile à intégrer."

    "Il est habitué" déclara Sam faiblement. "Ce n'est pas plus dur à admettre que la fois où il a fait équipe avec le Colonel O'Neill quand le SGC était fermé suite au protocole "Foxtrot Alpha Six"."

    Davis sourit, se rappelant du jour de l'invasion alien à Cheyenne Mountain.

    "Major Carter, je me rappelle la "fuite de produits chimiques" " salua-t-il alors, se rapprochant du corps allongé. "Comment allez-vous ?"

    "J'ai la tête comme un réacteur à Naquadah prêt à imploser et mon corps semble sorti d'un vortex sans compensateurs..."

    "Oui, c'est bien elle !" dit Davis en souriant.

    "Je vais faire le tour pour vérifier que nous n'avons rien oublié puis nous partirons pour le Colorado" proposa Donna.

    Davis déclara qu'il allait rester en compagnie de Carter le temps qu'elle termine de prendre ses affaires. Il s'installa dans un fauteuil près du lit et raconta à Sam les derniers potins du Pentagone, pour la distraire un peu. Il n'avait pas eu de nouvelles du SGC depuis un moment, sauf quand Walter l'avait appelé de la part d'Hammond.

    Le Major Davis, escorté de quelques officiers de l'Air Force aidèrent Donna et Al à s'installer dans le jet privé mis à leur disposition. Sam fut installée à l'arrière, dans une nacelle de transport prévue pour les évacuations sanitaires. Une infirmière militaire, choisie par Janet Fraiser, les accompagnait pour veiller sur la santé de Carter.

    Le Major Davis apprit que l'homme qui les accompagnait était un Amiral de la Navy à la retraite et qu'il connaissait le Docteur Beckett depuis plus de vingt ans. Donna expliqua autant que possible la situation à Davis pendant le vol mais les détails se révélaient atrocement compliqués.

    Quand l'avion se posa dans le Colorado, Janet Fraiser attendait sur le tarmac avec sa propre équipe médicale pour prendre Sam en charge. Davis fit les présentations et des véhicules officiels escortèrent le groupe à vivre allure vers l'entrée de Cheyenne Mountain. Dans l'avion, le Major avait fait signer à Donna et Al des accords de confidentialité afin de leur autoriser l'accès au SGC. Leur arrivée fut aussi discrète que possible car Hammond avait envoyé Jack et Teal'c chercher des blessés sur une planète alliée, aidant ainsi SG3. Le Général avait usé de toute son autorité sur son second afin de l'éloigner de la base. Daniel et Jacob aidaient Sam Beckett avec ses recherches.

    Jack avait tout essayé mais son supérieur avait été insensible aux cris, au chantage, à l'humour et même la gentillesse et la cajolerie. Comme le Colonel ignorait encore tout de l'état de Sam, il n'avait pas compris la manipulation et Hammond pria le ciel pour qu'il le pardonne un jour de l'avoir tenu à l'écart.

    Janet installa Sam dans une chambre isolée et limita l'accès à l'infirmerie. L'échange entre les deux Sam était tenu secret et peu de gens au SGC savaient vraiment qui était l'homme qu'on venait d'admettre de l'extérieur.

    Davis accompagna Al et Donna au labo de Carter, une fois que celle-ci fut installée.

    "Vous ne pouvez rien de plus pour elle, laissez-moi m'en occuper" avait doucement dit Janet à Donna pour qu'elle quitte l'infirmerie.

    Al avait pris son amie par les épaules et l'avait guidée pour suivre Davis dans les couloirs gris de la base souterraine.


    votre commentaire
  • Chapitre 14 - Cronos

    Jack et Teal'c donnaient toujours un coup de main à SG3 pour évacuer des blessés d'une mine de Naquadah.

    "C'est Carter qui va être déçue !" dit Jack.

    "Pourquoi ?" demanda Teal'c.

    "Parce que l'extraction va prendre du retard avec l'éboulement et ses recherches vont être mises en attente."

    Teal'c hocha la tête comprenant où voulait en venir son ami mais il n'ajouta rien, persuadé que le Général Hammond avait éloigné O'Neill de la base. Il supposait que l'état de Carter était plus préoccupant que ne le laissait entendre leur dernier entretien avec elle.

    Teal'c préféra se concentrer sur sa tâche afin d'éviter de penser à la mort probable de son amie, ni à la réaction que pourrait avoir le Colonel face à cette perte.

    Jack remarqua le silence de Teal'c, habituellement très calme mais cette fois, c'était différent, c'était pesant. Il commença à douter du bien fondé de sa mission et le doute s'insinua dans son esprit. Et si Hammond l'avait éloigné du SGC pour lui cacher quelque chose ?

    Alors que le Colonel O'Neill était perdu dans ses pensées, un détail sur un des murs de la mine attira son attention.

    "Tea'lc ? Serait-ce l'emblème de Cronos sur ce mur, là ?" demanda Jack en désignant un symbole symétrique.

    "En effet" déclara le Jaffa, surpris par la perspicacité du Colonel. "C'était un ancien territoire contrôlé par ce faux-Dieu, laissé à l'abandon depuis sa chute. Pourquoi ?"

    "Si on en croit les légendes et tout le blabla mythologique de Daniel, Cronos contrôlait le temps."

    "En effet."

    "Donc, si le Docteur Beckett menait des recherches sur le temps et tous ses trucs, Cronos a peut-être un bidule pour corriger le problème de Carter, vous ne croyez pas ?"

    Teal'c se retourna pour vérifier qu'il était bien seul avec son chef d'équipe avant de déclarer "Vous sentez-vous bien, O'Neill ?"

    "Oui, bien sûr, pourquoi cette question ?"

    Teal'c pencha sa tête sur le côté tandis qu'un de ses sourcils semblait vouloir grimper sur le haut de son crâne tellement il était levé haut.

    "Ouais, je sais ce que vous vous dites 'comment cet abruti de Colonel peut-il penser à ce genre de choses ?' mais j'avoue que j'ignore d'où ça vient..."

    "O'Neill, je pense que l'éventualité de perdre Samantha Carter vous donne les capacités de vous dépasser pour la sauver."

    Jack avait ouvert la bouche pour répondre mais se ravisa. Inutile de chercher à se justifier auprès de Teal'c qui était présent lors du test Zatarc... et de toute façon, il n'avait pas besoin de le faire, son ami ne le jugeait pas, il faisait un constat.

    "Nous devrions sans doute interroger les locaux pour savoir ce qu'ils connaissent des appareils de leur ancien Dieu, O'Neill" proposa Teal'c.

    Jack l'invita à passer devant et le suivi jusqu'au chef du village. Celui-ci leur parla d'une vieille prophétie.

    "Un étranger venant d'une planète lointaine viendra demander un jour l'assistance de Cronos. L'étranger devra traverser seul les épreuves le séparant de la Montagne Bleue afin d'y trouver les réponses à ses questions."

    "Et c'est tout ?" demanda Jack.

    Le vieillard le considéra un instant en silence avant de répondre "Les prophéties sont de vieilles légendes transmises de génération en génération, par tradition orale. On n'y décrit rarement les protagonistes. Ce sont des chimères, des fictions pour divertir ou effrayer les populations. D'ailleurs, personne n'est jamais revenu des Montagnes Bleues."

    "J'y vais, T !" déclara O'Neill en se levant.

    Teal'c le regarda faire car ses genoux le faisaient visiblement souffrir.

    "Je viens avec vous O'Neill" décréta le Jaffa.

    "Certainement pas, leur prophétie dit qu'un étranger doit y aller seul, venir avec un ami n'est pas prévu au programme. Finissez d'aider Reynolds et rentrez prévenir le Général."

    Jack prépara un sac de survie avec des rations, des allumettes, un sac de couchage et d'autres affaires nécessaires à une longue randonnée. Teal'c remplit la gourde du Colonel et lui offrit également la sienne.

    "Il vaut mieux en avoir deux."

    "Merci, T" dit Jack en prenant ce que lui donnait son ami.

    SG3 avait appris par la rumeur au village que le Colonel O'Neill quittait la région pour partir seul. Ils s'étaient réunis près de Teal'c pour regarder le militaire partir, en direction de la montagne éloignée, majestueuse qui dominait la vallée. Il était fort chargé car chacun avait tenu à lui donner quelque chose pour sa survie en milieu hostile, même s'ils savaient tous qu'un ancien des Forces Spéciales pouvait survivre n'importe où dans la nature.

    Teal'c gardait dans sa poche un mot de la main du Colonel, qu'il réservait au Major Carter s'il venait à leur arriver quelque chose, à l'un ou à l'autre. Dans l'éventualité où Jack ne reviendrait pas à temps, Teal'c devrait lire ses mots à Sam, elle s'éteindrait alors en sachant ce qu'il ressentait pour elle. S'il ne revenait pas - du tout - elle aurait la garantie qu'il avait fait tout ça pour elle, rien que pour elle.

    Teal'c avait placé le papier dans un petit sac plastique, pour le protéger et l'avait mis dans la poche intérieure de sa veste. Reynolds l'observait, le poing fermé, posé sur sa poitrine, à l'endroit exact où reposaient les derniers mots du Colonel. Il savait que le Jaffa prononçait une prière silencieuse, pour le salut de l'âme de son ami - sans savoir qu'il priait en fait pour ses deux amis Tau'ris.


    votre commentaire
  • Chapitre 15 - Retrouvailles

    Daniel et Sam Beckett échangeaient des idées en fouillant dans les dossiers de Sam Carter, à la recherche d'un peuple ou d'un appareil extraterrestre capable de les aider. Jacob avait laissé la place à Selmak, qui cherchait de son côté dans les fichiers relatifs aux Goa'uld.

    Les trois personnes parlaient avec animation quand Davis s'annonça. Tout le monde se tut quand le visage de Sam Carter s'éclaira d'un sourire que peu de gens lui connaissaient. Donna lui sourit et s'avança.

    La scène semblait irréelle car de l'extérieur, les deux femmes se prirent dans les bras l'une de l'autre et s'embrassèrent chastement sur la bouche. Daniel s'éclaircit la gorge, un peu mal à l'aise et les deux femmes se séparèrent en souriant. Al vint pour se présenter et Selmak laissa Jacob prendre la parole.

    "Amiral Calavicci !" s'exclama celui-ci.

    "Général Carter !" dit Al avec un sourire.

    Les deux hommes échangèrent une poignée de main ferme mais amicale alors que le Général Hammond arrivait. Il salua Al tout aussi chaleureusement.

    "Vous vous connaissez ?" demanda Daniel, surpris.

    "Nous avons été capturés ensemble au Vietnam, en 67 !" dit Al. "Mais attends, Jacob Carter comme..."

    "Oui, comme Sam Carter ! C'est ma fille."

    "Oh, désolé mon vieux" dit Al, jouant nerveusement avec son cigare éteint.

    Hammond présenta ensuite ses amis et collègues à Donna Beckett. Il ne resta pas longtemps car Davis lui avait déjà expliqué ce qu'elle avait à savoir sur la base et il ne voulait pas perdre une minute pour essayer de sortir Sam du corps du scientifique. Jacob demanda à voir sa fille mais Al lui expliqua que Janet donnerait son feu vert une fois qu'elle aurait fini tous ses examens. Il ne leur restait plus qu'à travailler et attendre.

    En fin de soirée, Carter fut autorisée à recevoir des visites, mais Janet veillait à ne pas la fatiguer. Jacob fut le premier à la voir et bien qu'elle n'ait pas les traits de sa fille, il l'embrassa quand même sur le front avant de quitter la pièce, ils n'avaient pas parlé longtemps mais Sam était contente d'avoir vu son père. Janet accompagna Daniel qui lui expliqua que Jack ne viendrait pas la voir tout de suite car il était parti en mission. Sam sembla déçue et Daniel était fort contrarié de la peine infligée à son amie.

    Sam Beckett se présenta ensuite officiellement et garda pour lui le constat qui lui sauta aux yeux : son corps était vraiment au plus mal et il savait que ça n'était plus qu'une question de jours avant qu'il ne meure, emportant l'esprit de Sam Carter avec lui.

    Donna et Al étaient resté dans la salle d'observation pendant que les deux scientifiques discutaient ensemble. Ils échangeaient théories et idées face à un public dépassé. Jacob, Daniel et Janet les avaient rejoints et personne n'arrivait à suivre leurs raisonnements.

    "Ils sont brillants, tous les deux !" fit remarquer Al.

    "Samantha est un génie" souligna Daniel.

    "Tandis que Samuel est titulaire d'un prix Nobel et de six doctorats" déclara Donna. "Il a travaillé très dur et ça serait un tel gâchis de le laisser partir."

    "De les laisser partir" corrigea Jacob. "Je ne compte pas laisser ma fille mourir comme ça, dans ce corps-là ou dans un autre !"

    "Nous n'avons cependant aucune certitude sur une solution à ce problème" dit Donna.

    "Je ne sais même pas si échanger leurs consciences pourrait..." mais Janet fut coupée par Daniel.

    "Ma'chello !" dit-il.

    Toutes les têtes se tournèrent vers lui.

    "Oui, rappelez-vous sa machine, elle nous avait échangé lui et moi, ainsi que Jack et Teal'c. On devrait essayer sur Sam et... Sam !"

    Daniel courut demander à Hammond de faire revenir l'appareil de la Zone 51. Le Général ordonna le rapatriement immédiat de l'engin extraterrestre au SGC dans les délais les plus brefs. Enfin, ils avaient une idée.

    "Ca ne marchera pas" déclara Sam Carter.

    "Sam, essaie d'être un peu plus optimiste !" gronda doucement Daniel.

    "Ca n'a rien à voir, Daniel. Je le sais, c'est tout."

    "Comment peux-tu en être si sûre, on n'a pas encore essayé."

    "Mais ça n'est pas nécessaire. Vois-tu, le Docteur Beckett a créé son accélérateur temporel dans le but de voyager dans le temps. Il devait mettre en application la théorie d'Einstein - E=MC² - pour arriver à ses fins. Sauf que son accélérateur ou caisson, appelle-le comme tu veux, n'a pas fonctionné comme il l'avait voulu. Il a créé une faille - temporelle certes - mais ne touchant que sa conscience. Il est hors phase en quelque sorte."

    Si Daniel sembla à peu près suivre les explications de son amie, le reste du groupe - sauf Sam Beckett - était perdu. Afin de faciliter leur travail, le groupe se réunissait dans la chambre de Sam depuis le matin, car Janet avait réussi à la stabiliser. Elle la surveillait depuis la galerie.

    "Elle a raison" dit Sam Beckett. "Je ne sais pas comment marche votre machine mais je doute aussi des chances de succès."

    L'euphorie de la veille était retombée car si les deux Sam doutaient que l'opération fonctionne, c'est qu'il leur restait peu d'espoir. Toutefois, l'appareil arriva à Cheyenne Mountain et ils firent un essai. Comme Carter l'avait prédit, l'appareil ne donna rien et tout le monde se remit au travail.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique